Les Pains d’Anne et Mathilde s’agrandissent

Cher.e.s client.e.s, cher.e.s amateur.ice.s de pain, bonjour !

En ce début d’année, on s’est dit que c’était l’occasion parfaite de vous donner un peu de nos nouvelles…

Et des nouvelles, on en a !! Surtout UNE grande nouvelle…

Comme certain.e.s ont peut-être pu le voir sur les réseaux, Les Pains d’Anne et Mathilde s’agrandissent… On devient 3 sur notre projet de fournil partagé ! 

Nous vous faisions part au printemps dernier de notre envie d’avoir une 3ème personne dans l’aventure : envie de plus de collectif, d’un meilleur équilibre, une possibilité plus grande de tourner, de se remplacer, pouvoir compter les un.e.s sur les autres ! 

Bref le collectif qui nous fait tant vibrer.

Et voilà, c’est chose faite, on a trouvé la perle rare !!

Nous avons rencontré Brice qui a répondu à notre appel début septembre et l’entente est vraiment au top entre nous 3 ! On partage les mêmes envies et rêves fous pour ce beau fournil dont on vous parle depuis un moment déjà… Patience, il arrive, promis ! 

Nous sommes toujours sur des pistes de lieucollectifs au sud de Bordeaux qui devraient se concrétiser d’ici 1 an et demi ou 2 ans. 

D’ici là, nous allons commencer notre coopération avec Brice et d’accroître le nombre de fournées hebdomadaires.  C’est pourquoi nous allons nous installer dans un fournil temporaire à Latresne tous les trois. Le local est situé dans une dépendance chez Brice et on prévoit de commencer à y faire du pain… en juin ! Cela nous permettra d’avoir un temps où bien se rencontrer à 3, plus de souplesse dans notre production et nos livraisons, plus de jours de fournées et donc, possibilités de nouvelles recettes… Youpi ! Ce local reste relativement petit et sera dédié uniquement à la production de pain. 

C’est dans le lieu définitif que notre projet de Fournil Partagé se déploiera dans toutes ses dimensions avec vente sur place, ateliers, soirées festives, livraison à vélo… Pour ça, encore un peu de patience 😉

Alors, on travaille à fond en ce moment à beaucoup de choses (!) pour ce fournil temporaire :  notre structuration à 3, le montage financier, réunir les fonds, subventions, choisir le matériel adéquat et idéal… Travaux aussi ! Nous envisageons une campagne de crowdfunding dans les semaines à venir. Nous vous transmettrons tout ça. 

Pour cette nouvelle étape, avec un grand pas de plus vers notre fournil coopératif, on vous concocte un… Nouveau nom !!! Bye Bye les Pains d’Anne et Mathilde ! Suspense… La grande annonce aura lieu bientôt, restez connecté.e.s 😉

On prévoit ce grand déménagement pour juin, au moment de la livraison de notre four, commandé il y a un an maintenant. Cette période nécessitera quelques ajustements, et engendrera certainement des changements, de la nouveauté. On anticipe un moment d’apprivoisement mutuel avec ce nouveau four, avant qu’on trouve le parfait terrain d’entente ! 

Au fur et à mesure, la gamme pourra évoluer en partie et les formats varier, car nous changerons en partie d’équipement. 

Mais ne vous inquiétez pas, nous gardons l’essentiel, le levain, nos si bonnes farines, tout notre amour et l’envie de faire plaisir ! 

Nous sommes très heureuses de ces avancées et de vous les partager. En attendant, nous avons toujours grand plaisir à boulanger à Uzeste, dans cette boulangerie coopérative de village “modeste et géniale”.

Nous tenons également à vous remercier pour cette période des fêtes qui nous a ravies ! Nous sommes très contentes d’avoir pu, malgré une période intense de travail sur le projet à 3, vous proposer une nouveauté pour Noël, qui apparemment vous a plu ! Merci d’avoir été au rendez-vous, c’était un réel plaisir.

Et une spéciale dédicace et un chaleureux accueil aux deux nouvelles AMAP qui nous rejoignent, les Jalles et BioGustin ! Longue vie à ces nouveaux partenariats.

Merci de nous avoir lues et on vous dit à très bientôt !

Anne et Mathilde

Mathilde Barré
06 74 44 75 18

Les Pains d’Anne et Mathilde

Facebook  Instagram

Inscrivez-vous aux chantiers Biochemins

Comme chaque année nous vous invitons à participer aux chantiers sur la ferme. A cette saison ce sont les plantations et bientôt ce seront les désherbages.
Comme convenu dans le contrat, votre présence est attendue, et elle est précieuse pour biochemins qui ainsi peut produire entre autres des oignons échalotes carottes qui, sans votre présence, demandent une main d’oeuvre trop conséquente pour l’équipe déjà fortement mobilisée en cette saison.
Les chantiers dépendent de 3 facteurs:

  • la météo doit être avec nous (s’il pleut, ou s’il gèle ou si les terrains sont complètement trempés, ce n’est pas possible)
  • il est nécessaire qu’un nombre conséquent d’amapiens soient présents pour que la mobilisation de l’un d’entre nous soit « rentable »
  • quelqu’un de biochemins doit être disponible pour vous accueillir (Patrice est sur un marché à Bordeaux le dimanche, Marie-Christine n’est pas toujours présente, les salariés ont une vie privée)

C’est pourquoi nous envoyons un framadate sur lequel vous vous inscrivez. Notez le nombre d’adultes participants et aussi le nombre d’enfants: leurs présences stimulent d’autres enfants et la matinée devient encore plus joyeuse pour tous! https://framadate.org/r5xuWBGQ4b3nrWES

Nous déciderons alors (en fonction de ma météo, et des possibilités d’accueil) les dimanches où il y aura effectivement un chantier. Nous l’annonçons sur notre répondeur (au 05 46 04 03 03 ) le samedi précédent le chantier. Pensez à appeler le samedi soir pour confirmation de chantier.
Les chantiers commencent à 9h30 le dimanche matin et durent la matinée.

A la suite du chantier, ceux qui désirent rester déjeuner – sous forme d’auberge espagnole où chacun apporte soit un plat à partager, soit son repas- sont bienvenus!

Prévoir des vêtements qui ne craignent rien, adaptés à la terre, et éventuellement à l’eau… l’herbe peut être haute et très humide. Si vous avez des gants de jardinage assez fins prenez les. L’espace est assez grand pour des jeux de ballon, vélos, etc… (selon où nous sommes, un adulte avec les enfants sera nécessaire).

Notre adresse: 18 grand village à CLERAC (17270). Certains GPS envoient au milieu des champs! n’hésitez pas à m’appeler au 06 82 22 68 44 !y’a plus qu’à s’inscrire et à venir partager avec nous un p’tit moment de la vie maraichère!bien à vous

Marie-Christine, pour l’équipe

Ensemble soutenons la filière Café !

Notre premier commandement chez Piha, c’est d’acheter des cafés qualitatifs uniquement à prix fixe !

Ça veut dire quoi prix fixe ?

Quand on achète à prix fixe cela veut dire que toute la chaîne de l’arbre à la tasse sait comment elle va être rémunérée tout au long de l’année. 

Ce système très vertueux quand le marché est bas, permet de sécuriser les producteur.trice.s, car cela leur permet d’envisager leur futur plus sereinement, que ce soit en rémunération nette mais aussi dans l’investissement de leurs outils de production (transition écologique, modernisation d’infrastructures…)

Cours du marché de L’Arabica à New York

Cela peut paraître extrêmement basique mais dans le café, les prix fixes, c’est très rare… Environ 95 % du café mondial est acheté par différents acteur.trice.s (exportateurs, traders, torréfacteurs industriels, distributeurs…) en fonction du cours du marché  de l’Arabica à New York et il se trouve que depuis 2017, le marché était très bas. 

Il est même tombé en dessous de 0,88 cents€/les 453g (Cours en dollar/livre) à différentes périodes quand le coût de revient pour la plupart des pays producteurs est estimé autour des 1,77 cents€/453g.

 Cours de l’Arabica depuis 2012 calculé en cents dollars/livre

Conséquences

Le fruit du travail des parents producteur.trice.s n’étant pas assez rémunérateur, les jeunes générations ont préféré migrer vers les villes, comme l’Europe a pu le vivre dans les années 50 avec l’exode rural.

D’autres se sont tournés vers des cultures plus rémunératrices comme la Coca en Colombie ou le Khat en Ethiopie.

Enfin certains ont préféré migrer vers des terres potentiellement plus prometteuses du point de vue économique mais avec les drames humains que l’on connaît.

La montée des prix du café est-elle une bonne nouvelle ?

Oui, et encore oui !

Chez Piha, nous sommes fiers d’avoir pu soutenir la filière pendant ces années noires pour la production, car le café est notre passion et nous ne souhaitons qu’une chose, c’est que les différents acteur.trice.s de notre filière puissent vivre dignement de ce beau produit, surtout quand il est tourné vers la qualité.

C’est pourquoi, nous allons évidemment continuer à acheter nos cafés à prix fixes, mais même de notre côté en achetant de cette manière, la hausse actuelle du marché va occasionner une hausse des prix de nos cafés.

Comme vous pouvez le constater, le prix de l’arabica a doublé depuis un an et nous sommes enfin arrivés au seuil de rentabilité pour la filière. C’est une bonne nouvelle, même si nous ne sommes pas dupes. Les personnes qui font fluctuer le marché ne sont pas que des acteur.trice.s de la filière mais pour la plupart des groupes financiers et fonds de pensions, qui malheureusement ne tarderont pas à parier sur la baisse…

Comme nous vous l’avons dit précédemment, même en utilisant ce système d’achat, nous sommes nous aussi impactés par la hausse des prix et il est pour nous impensable de changer ce système, voir pis, de baisser en qualité. 

Notre différence avec la montée du marché, c’est que notre hausse en 2022 ne sera évidemment pas aussi importante, car nous avons la chance d’être soutenu par nos partenaires (production & sourceur) et nous avons toujours fait le choix, même pendant des temps difficiles pour la production, de payer un prix basé sur la qualité et donc déjà haut.

En espérant que vous comprendrez et partagerez notre analyse, de l’importance de soutenir une filière vertueuse et rémunératrice pour l’ensemble des acteur.trice.s qui apportent une valeur ajoutée sur ce magnifique produit que l’on vénère chez Piha ! 

— 

Louise Maurin
Chargée de communication, Café Piha 0789477254 | maurin.louise10@gmail.com

Week-end à la ferme bio du Gagnou

Anthony et Lucille nous ont accueillis très chaleureusement le week-end du 8 et 9 mai dans leur ferme située aux Parraux, dans la commune du Change à 15 min de Périgueux.

La maison de Lucille et Anthony

Anthony et Lucille ont acheté leur ferme il y a environ 5 ans. Autrefois, leur terrain de 15 hectares abritait un hameau habité par une dizaine de familles. Aujourd’hui, de nombreux bâtiments sont en ruine, les projets fusent dans la tête d’Anthony qui manque de temps et d’argent pour les concrétiser tous. Mais il rénove petit à petit les espaces utiles à son exploitation. L’opération « Cannettes solidaires » lui a permis de financer l’aménagement des 5 box pour les poulets et la fabrication de magnifiques portes en bois qui ferment les zones réservées aux volailles.

Grand bâtiment pour l’élevage des animaux

Dans le grand bâtiment, Anthony a créé différents espaces bien séparés pour Robert, le verrat et ses deux fiancées, Sélecta et Bilbo, les cochons mâles et femelles (les enfants de Robert), les poules pondeuses, les canards, les poulets et une poussinière.

La poussinière en paille
La poussinière en paille

Toutes les 10 semaines, Anthony construit une poussinière en paille bien hermétique dans une salle de son grand bâtiment. À l’intérieur c’est douillet et il y fait très chaud. Pour ne pas stresser les poulets, ils restent dans cet espace toute leur vie, car lorsque les poussins ont grandi, Anthony détruit « la cabane » en paille, ils ont alors accès à une plus grande salle avec des ouvertures pour qu’ils puissent se balader à l’extérieur. Anthony construit alors une nouvelle poussinière dans une autre salle pour les nouveaux petits poussins. Ainsi, c’est la poussinière qui se déplace et pas les poulets !

La truie, Bilbo, qui va bientôt avoir des petits
La truie, Bilbo, qui va bientôt avoir des petits

Anthony a récemment acheté deux petites vaches, Goby, le mâle et Rasta, la femelle dont il espère qu’ils feront des petits. Ces deux vaches permettent de tondre et de nettoyer les champs sans utiliser le tracteur et donc éviter de consommer du gasoil et gagner du temps.

Goby, le mâle et Rasta, la femelle
Goby, le mâle et Rasta, la femelle

Et pour terminer, trois ânes, Velux, le mâle castré, Chicorée et Tisane, deux femelles, mère et fille, vivent eux aussi dans un immense pré et participent à l’entretien des sols.

Velux, le mâle castré, Chicorée et Tisane, deux femelles, mère et fille
Velux, le mâle castré, Chicorée et Tisane, deux femelles, mère et fille

Anthony soigne et cajole ses bêtes avec beaucoup de respect. Il a eu de nombreux contrôles sanitaires dus à la grippe aviaire mais Anthony respecte toutes les normes. Malheureusement, les animaux ne sont pas encore autorisés à sortir dans un grand espace et doivent rester parqués dans des lieux protégés. Anthony est en train de créer de nouvelles clôtures dans ses champs pour que les cochons puissent vivre, dès que les restrictions seront levées, dans un grand pré extérieur boisé.
Anthony travaille seul sur son exploitation, il a une apprentie en seconde Bac Pro Agricole. Il fournit 6 AMAP plus une école et produit environ 200 canards et 60 cochons par an et 150 poulets par mois.

Marion Oviève

Les “Pains de figues” et “Crackers” de Alvaro

Deux nouveautés du contrat Andalous

Le pain de figue est un gâteau de 200g approximativement, riche en énergie!
Il contient des figues séchées principalement, des amandes, du sésame et un petit peu d’anis. Le pain de figues est protégé dans un sachet sous vide.

Les crackers se présentent comme de petits biscuits. Ils sont composés de tomates, graines de tournesol, sarazin, oignons, graines de lin, moringa et sel. Les graines sont “activées” avant préparation: le processus de germination démarre et la graine est débarrassée des inhibiteurs de croissance qui peuvent par la suite empêcher l’absorption de minéraux qu’elle contient. Les sachets sont de 100g.

NB: tous les produits provenant de chez Alvaro sont certifiés bio (autant le processus de fabrication que les produits de base. Ces derniers sont produits dans la zone de Málaga).

le cekoidon ?

un indice: photo prise en Andalousie aux alentours de février.

la réponse : un avocatier en fleur dans les champs de la Finca Angata, notre producteur d’agrumes et fruits du soleil

Rechargez vos flacons

NOUVEAU !  et disponible à partir de la prochaine distribution du 20 novembre 2020 : 
La RECHARGE des Savons de Douche de Galillée Guyenne !
Fini le gaspillage des emballages 😊

Le principe :  

  • Vous commandez sur Cagette la recharge ( économie de 2 euros par rapport au flacon ) 
  • Vous venez le jour de la distribution avec votre flacon vide ( flacon de Savon de Douche, ou autre flacon de 500 ml ( et seulement 500 ml) sans étiquette
  • De mon côté je viens avec un bidon de savon, et je remplis votre flacon ; je le ré-étiquette si nécessaire .

Les Fruits Séchés de Alvaro

Alvaro est un passionné de séchage. Nous l’avons connu car son séchoir se trouve dans le même bâtiment que la presse où nous faisons l’huile d’Olive.

Un de ses produit est la Pulpe de Mangue déshydratée (“Langues de Mangue”). La chair de la mangue est mixée puis disposée en plaque et déshydratée dans son séchoir.
Les “Langues de Mangue” sont composées à 100% de pulpe de mangue, sans aucun ingrédient ajouté. Les petites traces blanches que l’on peut observer sur les “Langues de Mangue” sont dûes à la cristalisation du fructose présent dans la mangue.

Il nous a également proposé des Graines de Grenades Séchées… à déguster comme un fruit sec. Composition 100% Graines de Grenades, sans aucun ingrédient ajouté.

Les mangues et grenades sont certifiées bio, produites localement, et le processus de séchage est également conforme à la réglementation européenne bio (certificat bio disponible).

La conservation est optimale dans un endroit sec et aéré.

La dernière trouvaille de Café Piha : Ethiopie Nano Challa

Nous avons sélectionné le lot numéro 3 de la coopérative car, pour nous, il représente parfaitement l’expression gustative de ce terroir. Très délicat, ce café propose une tasse très fruité et florale sur des notes de jasmin, d’abricot et de mandarine. Corps très délicat, la fraîcheur des arômes de ce café en bouche vous offrira une expérience vivifiante !
Tout en douceur, cette tasse ravira les amateurs des cafés lavés éthiopiens de la zone de Gera ainsi que toutes les personnes qui souhaitent faire un voyage sensoriel à travers les forêts caféières ancestrales de l’Éthiopie.

La Coopérative Nano Challa se trouve au sud ouest de la ville de Jimma, plus précisément dans le district de Gera. Zone extrêmement riche en forêts et à l’intérieur de lesquelles poussent les variétés Heirloom d’Arabica.
Cette coopérative est gérée par 500 membres actifs et représente environ 4000 personnes au total qui vivent directement de la culture du café. C’est dire, si le défi d’une tasse qualitative est extrêmement important pour eux, car beaucoup plus rémunérateur.

Chez Piha, c’est cela que nous défendons, un prix juste, plus élevé, basé sur la qualité du travail effectuée par tous les membres de la coopérative !